Unesco (FR)

ultima modifica 25/10/2013 10:35

Centre historique de San Gimignano

Date d’Inscription 1990

La ville de San Gimignano est située en Toscane, 56km au sud de Florence. C'était un important point de relais pour les pèlerins qui se rendaient à Rome ou en revenaient par la Via Francigena. En 1199, San Gimignano devient une commune libre. Les familles nobles et les marchands de l’haute bourgeoisie qui contrôlaient la ville bâtirent plusieurs maisons-tours (jusqu’à 40m d’hauteur) comme symbole de leur richesse et de leur pouvoir, entre le XIe siècle et la moitié du XIIe  siècle. Bien qu’il en reste seulement 14 aujourd’hui, San Gimignano a préservé son atmosphère et son aménagement de commune médiévale, caractérisé par la construction de nombreux palais, à coté des édifices préexistants, bâtis entre le XIIe et le XIVe siècle. La ville vante aussi plusieurs chefs-d’œuvre de l’art italienne entre le XIIe et le XVe siècle. A partir de 1353 la ville, désormais en décadence,  passa sur la domination de Florence. Des périodes de famine et des épidémies de peste, avec le drastique déclin de la population qui s’ensuivit, au bout de cent ans réduisirent la ville  au niveau des autres “terres” de campagne florentines, mais ils la préservèrent des transformations urbanistiques que plusieurs centres historiques italiens ont subi après le Moyen Age. Le centre historique de San Gimignano est un bien culturel d'importance exceptionnelle, car il a gardé un caractère homogène sur le plan architectonique et urbanistique. Il s'agit en outre d'un exemple remarquable d'architecture médiévale, où l’on peut bien retrouver les influences artistiques florentines, siennoises et pisanes à travers le XIIe et le XIVe siècle.

Critères

Critère (I): le centre historique de San Gimignano contient tout une série de chefs-d’œuvre de l’art italienne au XIVe e XVe siècles dans leur contexte architectoniques d’origine, notamment: la collégiale, le fresque avec le Jugement Universel par Taddeo di Bartolo (1393), le Martyre de Saint Sébastien par Benozzo Gozzoli (1465) et surtout les magnifiques fresques par Domenico Ghirlandaio (le Cycle de Sainte Fine, 1475, l’Annonciation dans le Baptistère, 1482). D’autres œuvres de valeur exceptionnelle sont les grands fresques par Benozzo Gozzoli qui reproduisent Saint Sébastien (1464) et Saint Augustin (1465).

Critère (III): San Gimignano est une attestation exceptionnelle de la civilisation médiévale parce qu’elle contient, à l’intérieur de son petit périmètre, toutes les structures typiques de la vie urbaine : des places et des rues, des maisons et des palais, des puits et des fontaines. Les fresques par Memmo di Filippuccio, commissionnés par la Ville en 1303 pour décorer les chambres du podestat dans le Palazzo del Popolo, sont parmi les documents les plus fréquemment utilisés pour illustrer la vie quotidienne au XIVe siècle jusqu’aux détails les plus intimes.

Critère (IV): Tandis que le paysage urbaine de Florence, dominé par les tours de ses palais publiques (Palazzo del Podestà et Palazzo della Signoria) démontre que les institutions publiques prévalaient sur le pouvoir personnel – l’hauteur des maisons-tours fut périodiquement réduite après 1250 -, à San Gimignano, dont l’embastillement remonte au 998, les 14 tours qui se dressent orgueilleusement sur les palais conservent l’aspect d’une ville feudale toscane, contrôlée par deux factions qui s’opposaient dans une lutte sans fin. Elles témoignent d’un moment significatif de l’histoire qui n’est pas documenté dans d’autres villes riches de trésors extraordinaires comme Florence, Sienne, Bologne.

Integrité

Le périmètre du site UNESCO, qui coïncide avec l’enceinte des murailles du noyau médiéval, contient tous les éléments qui contribuent à sa valeur exceptionnelle au niveau mondial. Le Centre historique de San Gimignano, en effet, a préservé intacte son caractère de ville médiévale.  Ses nombreux édifices historiques et, en particulier, les tours et les maisons tours, les prestigieux palais riches en décorations de pierre et de terre-cuite, les nombreuses églises romano-gotiques, encore renfermées dans ses deux enceintes concentriques de murailles défensives, qui remonte respectivement à la fin du Xe et à la moitié du XIIIe siècle, ainsi que l’allure des axes de la viabilité,  conservent parfaitement les caractéristiques que la ville avait développées pendant les dernières siècles du Moyen Age. De plus, le tissu urbain est parfaitement intégré avec un système de potagers, qui occupent la viabilité secondaire et les zones libres de constructions, qui calque fidèlement l’aménagement urbain de la fin du Moyen Age. Le profil unique de la ville, encore intacte aujourd’hui, se dresse sur le contexte du territoire tout autour, parfaitement visible par les cônes visuels principaux et les plus fréquentés. Malgré les transformations sociales qui se sont produites au même temps que les progrès des dernières soixante années, le centre historique est encore animé par les mêmes costumes de l’antiquité, basés sur la conversation de groupe, même si un flux touristique de masse et caractérisé par une permanence limitée risque d’en mettre en crise les caractères distinctifs.

Authenticité

San Gimignano a préservé dans le temps son authenticité grâce à l’application rigoureuse des principes de restauration dans les interventions sur les édifices monumentaux, dans le respect des critères structuraux, architectoniques, historiques et artistiques. Le complexe urbain relatif au site UNESCO a ainsi conservé les caractères d’homogénéité qui l’ont rendu célèbre dans le monde entier. Grâce à l’application ponctuelle de la normative courante, qui interdit tous les interventions de substitution ou de modification des édifices historiques, le Centre Historique a préservé ses caractéristiques originales du point de vue des espaces, des volumes et des décorations, dans le respect de l’aménagement médiéval.

Protection et gestion

De différents outils juridiques de protection opèrent à des échelles différentes. A l’échelle nationale, le site UNESCO est sujet à la loi nationale de tutelle et de conservation du patrimoine culturel ("Codice dei beni culturali e del paesaggio” – Codes des biens culturels et du paysage), selon lequel tous les interventions sont subordonnées à l’autorisation du Ministère pour les biens et les activités culturels, lequel, à travers ses bureau périphériques, en vérifie la compatibilité avec les exigences de préservation. Au niveau municipal, un  Plan d’Ajustement structurel (2007) bien soigné  et ses relatifs outils d’application disciplinent de manière détaillée la distribution e la localisation des fonctions urbanistiques et constituent de rigoureuses mesures de control préventif et systématique sur toutes les interventions publiques et privés dans le centre historique et dans le paysage de San Gimignano. L’ensemble des règles établies par les outils de gouvernement du territoire est finalisé, en effet, à la tutelle et la valorisation du tissue du bâtiment historique et de l’établissement originaire de la ville. Par conséquent, à l’intérieur du tissue historique, il est permit de réaliser seulement des interventions pour la conservation et la récupération des éléments typologiques, morphologiques et formels des édifices existants, de leurs pertinences et des espaces vides qu’ils engendrent, ainsi que de toutes les composantes qui concourent à la définition des caractères identitaires de la Ville, à travers l’utilisation de matériaux et de techniques traditionnels. En plus, l’Administration Municipale a introduit plusieurs outils de réglementation et de control des transformations à l’intérieur du centre historique dans des domaines différents (tourisme, commerce, affichage publicitaire, trafic, pollution acoustique et électromagnétique, utilisation du sol public, etc. En particulier, à fin de contraster les effets que le tourisme de masse peut déterminer en termes de modification des fonctions et de l’ornement urbain, l’Administration a promu des règles rigoureuses qui empêchent le changement de destination et d’usage et la transformation de l’aspect des locaux commerciaux.

Le site UNESCO de San Gimignano est géré par  un ensemble de sujets publiques, qui opèrent  à des niveaux différents et avec des compétences différentes. Entre autres, en particulier, le Ministère pour les Biens et les Activités Culturels s ‘occupe, à travers ses bureaux périphériques, de la tutelle et de la  conservation du patrimoine culturel, et l’Administration Municipale a le rôle de définir et de réaliser les stratégies pour la conservation et la gestion de la Ville à travers les outils de planification urbaine et les règles qui disciplinent les activités du territoire. Les autres organismes territoriaux (la Région et la Province) collaborent à l’activité de tutelle, de conservation et de gestion et promeuvent des actions de valorisation du patrimoine culturel. L’Administration Municipale joue un rôle important de coordination pour la gestion du site UNESCO.

« novembre 2017 »
novembre
lumamegivesado
12345
6789101112
13141516171819
20212223242526
27282930